Flash Retraite

Le traitement de la résidence dans la planification financière de votre retraite

La hausse du prix des maisons au cours des dernières années en a incité plusieurs à faire de leur résidence une composante importante de leur planification financière. Il convient cependant de tempérer cet optimisme parfois démesuré en rappelant certaines règles incontournables pour qui désire aspirer à une véritable et durable autonomie financière à la retraite.

Votre planification financière, votre résidence et vous : notions de base

  • Une stratégie gagnante passe nécessairement par une saine diversification de ses actifs. Prenez soin d'éviter que les coûts de votre résidence ne représentent un poids trop important dans votre budget.
  • La recherche d'une résidence plus grande et plus dispendieuse devrait idéalement être motivée par le désir d'un plus grand confort ou la possibilité d'y loger plus de personnes, plutôt que par l'idée de réaliser un bénéfice important lors de la revente.

    Quel que soit le mode d'habitation, se loger représente toujours un coût. Par exemple, la dépense la plus importante rattachée à une maison unifamiliale payée 200 000 $ est non pas l'hypothèque et les taxes, mais plutôt le coût de renonciation, aussi appelé « coût d'opportunité ». Ainsi, investie à un taux de 6 %, cette somme aurait rapporté 12 000 $ par année ou 1 000 $ par mois.

    Lorsqu'on est sur le point de cesser de travailler et, à plus forte raison, quand on est à la retraite, il est souhaitable d'accorder au coût de renonciation une attention particulière, dans la mesure où la gestion des dépenses s'évalue en fonction des sources de revenus.
  • Plus vous approchez de la retraite, plus il est recommandé de rembourser vos dettes principales, dont l'hypothèque.
    Ne contractez pas une nouvelle hypothèque avant de prendre votre retraite. Ceci pourrait vous placer dans une situation délicate advenant une hausse des taux d'intérêt et une éventuelle déflation, qui auraient pour effet de dévaluer de façon importante votre actif principal.
  • Lorsque vous aurez pris en considération vos besoins et la qualité de vie que vous souhaitez, logez-vous au coût le plus raisonnable possible.

La définition de « résidence » sur le plan fiscal

Depuis 1982, chaque famille ne peut posséder qu'une seule résidence principale à la fois. Le mot « famille » signifie ici : le contribuable proprement dit, son conjoint ainsi que ses enfants célibataires âgés de moins de 18 ans. Cette résidence doit normalement être habitée par vous-même, votre conjoint ou vos enfants.

Contrairement à la croyance populaire, la résidence principale n'a pas à être la maison la plus souvent habitée ni celle où vous recevez votre courrier. Pour qu'une habitation soit considérée comme une résidence principale, elle doit normalement être habitée par vous, votre conjoint ou vos enfants. Il peut s'agir d'une maison, d'un chalet ou d'un logement dans un immeuble locatif.

La retraite approche : devez-vous conserver ou vendre votre résidence?

Chaque cas étant particulier, il n'existe pas de règle générale. Par exemple, vous pourriez déménager dans une résidence plus petite ou encore privilégier la location. Peu importe votre décision, il est essentiel d'effectuer les estimations budgétaires adéquates. Voici quelques éléments à considérer pour prendre une décision éclairée :

  • votre état de santé et celui de votre conjoint (flash Retraite vous invite à consulter la capsule Retraite : quand, comment et quoi faire pour obtenir de l'information sur les différentes catégories d'hébergement destinées aux personnes autonomes et semi-autonomes)
  • le désir de vous rapprocher de vos enfants
  • la proximité de certains services (médecin, aide familiale, épicerie, services gouvernementaux, etc.)
  • votre situation financière actuelle et celle que vous prévoyez à la retraite
  • la recherche d'une plus grande sécurité
  • le choix d'un ensemble d'habitation comprenant plusieurs unités
  • le lieu de résidence : si vous êtes un snowbird propriétaire d'une résidence secondaire aux États-Unis, vous pourriez être assujetti à l'impôt américain en cas de vente de celle-ci. En pareille situation, nous vous recommandons fortement de faire rédiger un testament en anglais conforme aux lois américaines.

Pour en savoir plus sur les options appropriées à votre situation, il est conseillé de faire appel aux services d'un planificateur financier et d'un fiscaliste.

Ce texte vise exclusivement fournir de l'information générale sur la sécurité financière à la retraite. Cette information peut ne pas être appropriée au lecteur qui désire obtenir une information particulière sur l'un des sujets traités et ne peut pas être une garantie de résultat. Il appartient au lecteur de faire les consultations pertinentes. Cette capsule d'information n'engage pas les partenaires fournisseurs de ces informations.

© Tous droits réservés, flash Retraite

Accessibilité